Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte

Les enseignements tirés du REDR

Ce qui a moins bien fonctionné à l’échelle européenne

Parmi les aspects clés de la structure du REDR à avoir moins bien fonctionné figurent :

  • Les différentes structures formelles et quelque peu rigides du REDR (comité de coordination, sous-comité LEADER, groupes de travail thématiques) ont par moment empêché qu’un plus grand nombre de parties prenantes et d’acteurs du développement rural prennent part à certaines activités.
  • « L’intégration » du REDR au sein de la DG AGRI représente toujours un défi. Cela inclut notamment la difficulté à nouer un dialogue véritable et efficace avec les cellules géographiques/horizontales pour qu’elles reconnaissent les avantages potentiels du Réseau européen et de leur réseau national comme des structures d’aide et de complément à leur travail quotidien.
  • Le principe de gestion partagée sur lequel repose la mise en œuvre du FEADER limite la mission ou les possibilités des structures d’aide du REDR pour nouer directement le dialogue avec des cellules d’animation de réseau (CAR) et des autorités de gestion (AG) et leur apporter une aide directe individuelle. De plus, cela a donné lieu à l’apparition de lacunes dans la collecte et l’échange de connaissances et la coopération, limitant ainsi l’impact potentiel des initiatives européennes.  
  • L’absence de mécanismes ou de mission pour la mise en place par le biais des RRN d’un dialogue efficace entre le réseau européen et les réseaux régionaux des États membres apparaît clairement. Cela signifie que le dialogue et les informations disponibles au niveau européen ne sont pas suffisamment partagés ou diffusés au-delà du niveau national, limitant ainsi l’impact de certaines activités européennes.

Parmi les aspects clés des activités du REDR à avoir moins bien fonctionné figurent :

  • L’absence d’une logique d’intervention claire, d’une hiérarchisation des objectifs et de critères de performance permettant d’évaluer l’efficacité ou non des activités du REDR, de ses résultats et de ses impacts.
  • Le manque de participation de certains groupes de parties prenantes aux activités du REDR en raison de capacités, de ressources ou d’un intérêt/engagement suffisants s’est traduit pour certaines initiatives par des connaissances moins importantes et des résultats moins nombreux que prévu.
  • La variabilité des ressources allouées aux RRN/CAR selon les États membres a souvent entraîné au niveau européen des problèmes de coordination et de participation. Cela a été en outre aggravé par
    1. le manque de continuité dans la participation/disponibilité des employés des CAR 
    2. une capacité technique limitée, et/ou 
    3. un accès limité à un soutien technique approprié pour soutenir ou mettre en œuvre efficacement les principales fonctions de mise en réseau, et participer activement aux activités de travail en réseau proposées au niveau européen.


Dernière mise à jour: 06/01/2014 | Haut